Mon avis sur les aquarelles Horadam® Naturals

J’ai récemment eu l’occasion de tester l’aquarelle Horadam® Naturals de Schmincke. J’avais beaucoup d’attentes concernant cette nouvelle gamme qui plus est dans la marque que j’affectionne le plus dans ma pratique !

Il s’agit donc d’une peinture de qualité extra-fine à la composition végane, résultat de l’alliance entre l’aquarelle et la gouache.

Set “Pigments végétaux”

Descriptif général de la gamme

  • 16 couleurs extra-fines
  • Pigments exclusivement issus de terres naturelles, de résines ou de sucs végétaux
  • 100% végane
  • À base de gomme arabique
  • Couleurs mates en majorité semi-transparentes ou transparentes
  • Peut être mélangée avec un autre type d’aquarelle ou de la gouache
  • Bonne résistance à la lumière
  • Application idéale sur tous les papiers
  • Peut être utilisée pure ou diluée avec de l’eau
  • Soluble dans l’eau après séchage
  • Odeur délicate
  • Disponible en tubes de 15 ml et 2 sets thématiques

(Source Schmincke)

Petite histoire des couleurs que j’ai testées 

250 Curcuma

Une nuance de jaune chaude et mate avec une bonne résistance à la lumière et un caractère mi-glacé. Le Curcuma est issu de la famille des gingembres, dont les racines contiennent un colorant jaune utilisé principalement en teinture. Le Curcuma est très important dans la culture indienne et est utilisé depuis plus de 4000 ans. Aujourd’hui encore, les rubans teints avec du curcuma jouent un rôle important lors des mariages traditionnels indiens.

320 Sang de Dragon

Un rouge glacé et boisé avec une très bonne résistance à la lumière. Le nom du colorant provient d’une légende antique dans laquelle il y avait un combat sanglant entre un éléphant et un dragon. Le sang de ce dernier s’est répandu sur le sol et un arbre a poussé à cet endroit. Les sécrétions résineuses de cet arbre à Sang de Dragon sont rouge-brun et sont utilisées pour la fabrication du colorant.

470 Indigofera

Un bleu jean glacé avec une très bonne résistance à la lumière. L’indigo naturel est extrait de la plante Indigofera. On obtient à partir de ce « roi des colorants » une teinte de bleu noirâtre, un peu mat.

En tant que colorant, l’indigo a été retrouvé dans les peintures romaines du 1er siècle après J-C, dans des miniatures du début du Moyen Âge, ainsi que dans des tableaux des toutes les époques de la peinture européenne. Cependant, les preuves les plus anciennes proviennent de fouilles qui ont été datées de 3000 avant J-C.

510 Vert tenturier

Un vert végétal ou vert feuille typique avec un caractère glacé et une bonne résistance à la lumière. La nuance est obtenue par la combinaison du Curcuma et d’Indigofera, deux pigments importants dans la teinture.

(Source Schmincke)

Mes premières impressions

Je précise que j’ai réalisé mes tests sur du papier Expression 100% coton de Hahnemühle

J’ai d’abord été surprise par la texture lorsque je travaillais la couleur dans ma palette. La matière est un peu visqueuse et a tendance à faire des paquets sur le pinceau. Pour éviter cela, il suffit de bien touiller et de suffisamment diluer la couleur avant de l’appliquer sur le papier.

L’application sur papier sec est très agréable. En revanche, j’ai trouvé le travail dans l’humide moins aisé ou du moins différent d’avec les aquarelles que j’emploie habituellement. La couleur ne se diffuse pas facilement, il faut l’aider un peu sinon cela crée des amas. Cependant, cela produit des effets de texture très intéressants à exploiter que je n’obtiens pas avec ma palette habituelle. J’avoue avoir eu du mal au début mais c’est un coup de main à prendre et au final j’ai trouvé ça vraiment sympa.

Je pense que le conditionnement en gros tubes est un très bon point car il compense le fait qu’il faille utiliser davantage de matière qu’avec une aquarelle extra-fine classique lorsque l’on veut un rendu bien pigmenté. Cela doit être dû à la composition je suppose. En revanche, lorsqu’on l’utilise comme de la gouache c’est-à-dire sans dilution, on obtient un rendu glacé et intense.

(En haut la couleur est appliquée diluée, en bas pure sans eau)

J’apprécie que les couleurs soient toutes monopigmentaires. Cette caractéristique permet d’avoir des teintes lumineuses sur le papier et bien translucides que l’on peut facilement superposer. On peut mélanger les couleurs sans risquer d’obtenir quelque chose de boueux.

Exception avec le vert tenturier qui est obtenu à partir du mélange des teintes Curcuma et Indigofera. Cette couleur n’est donc pas indispensable si on a les deux autres.

Je trouve que les couleurs se réactivent plutôt bien après avoir séché dans la palette de mélange (les amas plus épais sont parfois un peu longs à activer). Il faut bien remouiller et touiller pour retrouver une consistance homogène.

Quelque chose que j’ai beaucoup apprécié avec cette gamme pour mes réalisations, c’est qu’il est très facile de faire du repentir. La couleur se retire facilement, on peut ainsi se corriger à tout moment !

Pour finir, les teintes ont un rendu naturel qui me plaît beaucoup et qui me change de mon style habituel. J’ai notamment pu obtenir des nuances de vert intéressantes avec les couleurs que l’on m’a envoyées à savoir 4 teintes sur les 16 existantes.

Merci à Hahnemühle de m’avoir permis de tester cette jolie gamme d’aquarelle qui m’a inspiré quelques idées de créations 💛 

Voilà pour mon petit retour d’expérience, n’hésitez pas à me partager la vôtre ou à me poser vos questions en commentaire 👇

INSCRIVEZ-VOUS À

Ma newsletter

Partager

2 comments on “Mon avis sur les aquarelles Horadam® Naturals”

  1. Avatar
    Catherine
    July 20, 2024 at 7 h 59 min

    Bonjour Laura,
    Le fait que la diffusion de ces pigments soit moins spontanée et la viscosité de ces peintures ont l’air de rendre plus visibles les coups de pinceau une fois la peinture sèche…Est-ce aussi ton constat??
    Merci en tout cas pour cet article très intéressant et enrichissant 👍👍🥰🥰

    1. enjoylamome
      July 20, 2024 at 12 h 06 min

      Bonjour Catherine,
      Merci 🙂 En effet j’aurais pu ajouter cette remarque. Au début, cela m’a un peu gêné mais à force l’utiliser j’ai trouvé que ça donnait aussi un rendu très intéressant sur des sujets isolés. Je pense que c’est dû entre autres au fait que je veuille beaucoup concentrer la couleur car je n’aime pas les rendus trop légers. La couleur est plus uniforme lorsqu’elle est davantage diluée.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

DÉCOUVREZ MON NOUVEAU LIVRE !
En savoir plus

Ceci se fermera dans 0 secondes